Croisières sur le Nil

Les croisières sur le Nil sont à la mode depuis le 19ème siècle. Initialement, les propriétaires des navires étaient de grandes entreprises touristiques internationales, et de leurs bénéfices l'Egypte n'a pas obtenu un centime. Pour le contrer, dans des années 90. XX w. un programme spécial, communément appelé « dollar de développement », a été mis en œuvre”, selon lequel les touristes sur le Nil se sont volontairement taxés sur le dollar. L'argent récolté a été reversé aux écoles, routes et aqueducs dans les villes les plus délaissées. Lentement, le tourisme fluvial a commencé à passer aux mains des Égyptiens, et il semblerait, que viendra l'ère de la prospérité. Aujourd'hui, les navires les plus célèbres et les plus luxueux appartiennent toujours à des chaînes hôtelières internationales. Quand il est difficile de se déplacer librement en Egypte, une croisière sur le Nil devient l'une des rares occasions de voir ce pays non seulement comme un lieu d'anciennes pyramides et de ruines de temples. Depuis le pont d'un bateau de croisière, vous pouvez observer la nature changeante et la vie quotidienne des gens, qui est resté en grande partie le même, comme au temps des pharaons. C'est une rencontre avec les villages d'argile, où la vie se déroule au bord de la rivière. Vous pouvez voir les enfants jouer dans l'eau, femmes lavant et lavant des casseroles, portant des cruches d'eau sur la tête, buffles se prélassant dans la boue au bord de la rivière, pêcheurs attrapant du poisson, palmeraies, champs de coton, canne à sucre, des légumes. Vous pouvez également voir des tonnes d'ordures stockées sur les berges, qui glissent lentement dans l'eau et dérivent avec le courant. C'est aussi l'Egypte.

Les croisières peuvent être faites car ce sont des voyages de 7 jours (seulement de Louxor) ou plus court 5- ou 3 jours – généralement des deux ports. Lors de ce voyage, les nuits sont passées à bord, pendant la journée, vous pouvez faire une excursion en bateau ou visiter des monuments individuels après votre atterrissage. Dans la variante Louxor-Assouan, vous pouvez compter sur un arrêt à Louxor, visiter Louxor, Karnak et Thèbes occidentale, puis à Edfou (temple d'Horus). Après un arrêt obligatoire à l'écluse d'Esna, le navire met le cap sur Kom Ombo, où tu vas à terre. Puis ils retournent soit au Caire, ou vers des lieux de villégiature. Les navires individuels diffèrent par la norme.

Visites en felouque

Promenades en felouque (ou un petit bateau à moteur) c'est un must pour votre séjour à Assouan. Certains organisent d'autres voyages, mais la plupart se limitent à des croisières vers les îles les plus proches (Eléfantyna, Île de Kitchener, Sehel), à la rive ouest ou à proximité de Cataract I.

Et la cataracte et l'île de Sehel

Certaines agences de voyages combinent un voyage dans un village nubien avec une visite de l'île de Sehel (4 km au sud d'Assouan) et les environs de la Première Cataracte. Le prix d'un tel voyage passe alors à 30-35 USD. Le prix officiel d'une croisière de trois heures en felouque est de 70-100 EGP. Zawsze należy pamiętać o wodzie do picia i nakryciu głowy.
Sur l'île de Sehel, les rochers sont si chauds à midi, qu'ils brûlent presque.
Avec un vent fort derrière, il faut environ une demi-heure pour y naviguer, au cours de la journée, quand il ne souffle pas – parfois plus longtemps. Le prix officiel d'un tel voyage (seulement à l'île de Sehel) est d'environ. 50 EGP.
Il y a deux collines décorées sur Sehel 250 inscriptions du Moyen Empire et de l'époque ptolémaïque. Ils sont rayés plutôt que sculptés dans du granit dur. La plupart des expéditions égyptiennes en Nubie se sont arrêtées à Cataract I et ont fait des sacrifices pour un retour réussi. De même, nos voyages de retour étaient gravés d'inscriptions en l'honneur de la déesse Anuket, Dame de l'île, épouse de Lord Cataract -Chnum. L'une des inscriptions les plus célèbres a été conservée sur la colline orientale, Stèle de la faim ptolémaïque (non 81), probablement une copie d'une stèle plus ancienne. Le texte gravé sur la pierre fait référence au règne du pharaon Djéser et raconte la période de famine de sept ans durant la IIIe dynastie.
De la colline, il y a une vue magnifique sur toute la cataracte, avec les ruisseaux rapides de la rivière se faufilant entre les feuilles de granit. Avant la construction du barrage d'Assouan, l'eau de la cataracte mousse, créant un obstacle terrifiant pour les voyageurs fluviaux.
Dans les temps anciens, la cataracte était considérée comme la source du Nil, avec laquelle Khnoum versa de l'eau sur l'Egypte et au sud – en Nubie. Les Égyptiens imaginaient les sources comme une grotte souterraine, où résidait la divinité de la rivière.